L’étiquette d’outsider, c’est fini pour les Cats… Après une médaille de bronze lors de l’Euro 2017 et une 4ème place aux derniers championnats du monde en 2018, elles sont attendues au tournant. La Fiba n’en pense pas moins et les a d’ailleurs classées 1ère de leur dernier Power Ranking.

Sont-elles capables de gérer cette pression et les attentes qui en découlent ? Les récents matchs de préparation laissent à penser que oui. Petite présentation de ces 12 joueuses qui vont nous faire vibrer dans les jours à venir.

Les meneuses et ailières

#5 Kim Mestdagh • Kim est la snipeuse attitrée des Cats mais pas que. Elle possède également une excellente lecture de jeu et est donc capable d’exécuter les systèmes à la perfection, y compris dans les moments chauds. Elle sort d’une très bonne saison avec Cukurova et rejoindra les Flammes Carolo à la fin de cette saison WNBA qui la voit évoluer, pour la 1ère fois de sa carrière, chez les Washington Mystics.

#6 Antonia Delaere • Avec les Castors de Braine, Antonia Delaere a tout gagné : 4 x championne de Belgique (2016-19) et 2 x la Coupe de Belgique (2017 et 2019). Elle s’offre donc un nouveau challenge en rejoignant l’équipe de Nantes Rezé en France. Chez les Cats, elle apporte un jeu rapide et fluide qui crée énormément de mouvements et lui permet souvent de finir en lay-back, un de ses mouvements signatures, ou de trouver l’intérieure démarquée. Elle est également d’une efficacité redoutable en défense. Ce n’est pas la plus flashy des Cats mais elle a la confiance du coach depuis plusieurs années et cela à raison.

#9 Marjorie Carpréaux • Si l’explosivité et la créativité devaient avoir un visage, ce serait celui de Marjorie Carpréaux. La meneuse des Kangoeroes Mechelen a une condition physique incroyable et le temps ne semble pas avoir d’emprise sur elle. Elle est en effet une des plus anciennes du groupe mais c’est sans aucun doute aussi une des plus fun, sur et en dehors du terrain. Spécialiste des passes « wahouuuu », elle démontre une très belle complémentarité avec Ann Wauters notamment.

#22 Hanne Mestdagh • La petite soeur de Kim, qui évolue à Namur Capitale, est ce qu’on appelle une joueuse « clutch ». Elle l’a encore démontré lors des matchs de préparation et notamment lors du tournoi des 4 nations ou, par 2 fois, c’est elle qui a relancé la machine des Cats. Son adresse à 3 points est en effet redoutable et sa main ne tremble pas lors des moments chauds. Un facteur X important au sein de l’effectif des Cats.

#32 Heleen Nauwelaers • Plutôt discrète au sein du groupe, Heleen Nauwelaers n’en est pas pour autant moins efficace. Elle joue actuellement à Bembibre, en Espagne, où son coach loue son travail défensif et sa capacité à travailler dur. Tout comme Hanne Mestdagh, elle a montré dans les matchs de préparation qu’on pouvait également compter sur elle pour alimenter le marquoir quand c’est nécessaire.

#32 Julie Vanloo • Malgré sa jeunesse éternelle, Julie Vanloo vient de fêter sa 100ème sélection au sein des Cats. Meneuse de jeu très organisée, elle est également capable de balancer quelques missiles à 3points quand le besoin s’en fait sentir. Après plusieurs saisons en Europe, elle jouera en Australie sous le maillot de Townsville Fire d’octobre à mars.

#55 Julie Allemand • Championne de France avec l’ASVEL (Lyon), plus rien n’arrête Julie Allemand. En progression constante depuis plusieurs années, elle sait tout faire et elle le fait plutôt bien. Meneuse rapide, technique et adroite, elle sera, au même titre qu’Emma Meesseman, sous les feux des projecteurs (et des prises à 2) lors de cet Euro.

Les ailières fortes et pivots

#11 Emma Meesseman • Tout réussit à Emma Meesseman depuis plusieurs années : la WNBA avec les Washington Mystics, l’Euroloague avec Ekaterinburg et les tournois internationaux avec les Belgian Cats. Son talent et son sens du collectif sont appréciés par tous et son efficacité est tout bonnement incroyable. Fluidité, sens du rebond, shots, rien ne manque à sa panoplie.

#12 Ann Wauters • La légende du basket belge n’est plus à présenter. Opérée au genou en janvier, Ann Wauters a travaillé dur pour rejoindre l’équipe lors de cet Euro avec, en ligne de mire, les JO de Tokyo. Son leadership et son expérience des grands rendez-vous basket sont un avantage indéniable pour les Cats.

#13 Kyara Linskens • Après une belle saison en Pologne, Kyara Linskens s’envolera vers la Russie pour la saison 2019-20. Avec son mètre 93, elle est une valeur sûre de la raquette des Cats et plusieurs se sont frottées à ses contres redoutables. Elle possède également un très beau jeu dos au panier et un shot à mi-distance efficace : en défense ou en attaque, Kyara est là !

#23 Serena-Lynn Geldof : C’est la dernière arrivée chez les Cats puisqu’elle ne faisait pas partie de l’effectif lors du dernier Mondial. Cette jeune pivot d’1m96 est la coéquipière d’Hanne Mestdagh à Namur. Ce sera pour elle un premier tournoi majeur et donc de l’expérience à engranger.

#42 Jana Raman • Après une excellente saison à Valence, Jana Raman est en pleine forme et ça se voit. Combative à souhait aux rebonds, efficace aux shots, Jana Raman a brillé lors des matchs de préparation. Avec plus de 100 sélections avec les Cats, elle apporte également de l’expérience au groupe.

Mais plus qu’une addition d’individualités, le basket est avant tout un sport collectif et c’est sans doute là que réside la grande force des Cats. Le spécialiste du basket féminin, Paul Nielsen, a d’ailleurs écrit un article à ce sujet dans lequel il met sur papier tout son amour pour le jeu pratiqué par notre équipe nationale. Après la bonne surprise de 2017, l’ascension de 2018, 2019 pourrait bien être l’année de la confirmation. Les planètes sont alignées, que les Cats nous fassent rêver !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.